dimanche 5 mars 2006

Tartinade aux fèves et aux olives

Un petit sandwich ? Bien sûr, à condition qu’il soit raffiné. Ce n'est pas parce qu'on déjeune à l’extérieur que l’on doit se contenter d'un tristounet et banal en-cas !
Samedi, je suis partie pour mon stage mensuel d’anti-gymnastique. Il s’agit d’une méthode mise au point par une kinésithérapeute, Thérèse Bertherat, au milieu des années 1970, et qui vise à réveiller chacun de nos muscles, des plus oubliés aux plus raccourcis. Au final, on se sent moins tassé, nos mouvements gagnent en souplesse. J’aurais sûrement l’occasion d’évoquer à nouveau ces séances ponctuées de petits mouvements, à la fois doux et profonds, et surtout respectueux du corps. En attendant, si vous souhaitez expérimenter un "exercice" tout en restant assis devant votre ordinateur, cliquez ici. Je l’ai choisi car il détend les mains, épaules, visages et yeux : des parties du corps très sollicitées lors du travail à l’ordinateur. Il met en tension les chaînes musculaires dites brachiale et antérieure du cou qui partent du bout des doigts et se prolongent jusqu’à la première cervicale, et même plus loin, comme vous pourrez vous en apercevoir.
Les praticiens en anti-gym sont peut nombreux et, pour assister à mes stages, bien motivée, je prends le train très tôt pour rejoindre la ville de la Roche/Yon, en Vendée. Je m’emporte un pique-nique pour le déjeuner et quelques en-cas pour la journée (les gestes ont beau être minimes, ils réveillent le système végétatif ; au sortir d’une séance, nous avons faim, froid et sommes terrassés par la fatigue). Autant être prévenant.
Pour ce week-end, j’ai opté pour un sandwich aux accents méridionaux, composé de pain de riz/quinoa aux morilles et à la sauge, de fromage de chèvre végétal et de tartinade aux fèves et aux olives.
En mars, ce n’est pas la saison des fèves… Aussi j’ai utilisé des fèves pelées et surgelées. Mais si l’envie vous démange, remplacez-les par d’autres légumineuses.

Ingrédients
230g de fèves pelées
210g d’olives noires entières (ou 75g si elles sont dénoyautées)
1 oignon
2 gousses d’ail
1 cuiller à soupe d’huile d’olive
3 pincées d’herbes de Provence
2 pincées de cumin
1 pincée de poivre
+ eau
+ sel ou sauce soja, tofu, huile d’olive et crème de soja liquide : à doser selon l’amertume et la salinité des olives

Préparation
Dans une cocotte, faîtes rissoler, dans une cuiller à soupe d’huile d’olive, l’oignon et une gousse d’ail. Ajoutez les fèves, couvrez et faîtes cuire à l’étouffée (peut-être qu’il sera nécessaire de rajouter un peu d’eau en début de cuisson).
Mixez les fèves avec les olives dénoyautées, les herbes de Provence, une gousse d’ail, le cumin et le poivre, jusqu’à obtention d’une pâte homogène. En fonction de l’onctuosité, de la salinité et de l’amertume de votre pâte, ajoutez du tofu, de la sauce soja ou du sel, de la crème liquide de soja, de l’huile. Le tofu adoucit le goût et apporte de l’onctuosité ; de même pour la crème de soja, si ce n’est que l’onctuosité est renforcée – mais un mélange de tofu et d’huile donne un résultat similaire à de la crème liquide de soja. Faites en fonction du goût mais aussi de ce que vous avez dans vos placards et frigo. Pour ma part, les olives n’étaient pas très salées, mais par contre très amères ; après avoir préparé du chèvre végétal, il me restait un peu de tofu. J’ai donc ajouté 115 g de tofu, 3 cuillers à café de crème liquide de soja, 1 cuiller à café d’huile d’olive et une cuiller à café de sauce soja (tamari pour être plus juste).
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

Loïse a dit…

Cela me fait très envie!!!

agnès a dit…

J'adore les fèves, dommage que je n'en aie pas aujourd'hui, mais je vais tester très vite !