mercredi 24 mai 2006

Relèverez-vous le défi pour la Terre ?


En démarrant ce blog, j’imaginais avant tout mettre sur la toile, et donc livrer au tout venant, mes modestes connaissances en matière de cuisine végétalienne. Loin de moi l’idée de recevoir autant ! Conseils et requêtes culinaires, infos diverses sur des produits et évènements… Chaque jour, j’apprends ! Et c’est sans compter les infinies découvertes, lors de mes visites sur d’autres blogs ; celles-ci j’y étais déjà habituées.
Il semble que le Défi pour la Terre, à l’initiative de la Fondation N. Hulot bénéficie de couvertures sur nos médias (par ex. Evelyne Dheliat en parle dans son bulletin météo sur TF1). Depuis belle lurette, je ne suis plus les programmes télé. Autant vous dire que je n’étais pas au courant. Un mail d’information m’a remis les pendules à l’heure. Fondation Hulot ? Quésako ? Pour moi, Nicolat Hulot, c’est le jeune homme qui survole le cratère du N’gorongor en deltaplane (ben oui, ces voyages m’ont fait rêver, à moi aussi). Ou alors, moins poétique, l’ami d’un homme politique dont je tairai le nom (je m’en voudrais de lui faire de la pub). Je m’en suis allée décortiquer les sites de la Fondation (FNH, Planète-nature, Défi pour la terre), afin d’en apprendre un peu plus…


La Fondation Hulot, créée depuis une 15aine d’années, est l’unique fondation française déclarée d’utilité publique, à agir dans le domaine de l’éducation à l’environnement. ONG consultative auprès du Conseil Economique et Social de l’ONU, membre de l’organisation internationale de la Francophonie, la FNH a élaboré en 2000 le Réseau des membres francophones de L’UICN (Union Mondiale pour la Nature). Son but est de développer l’éducation à l’environnement, de sensibiliser le plus grand nombre à cette cause ; sa stratégie est d’agir à l’intérieur du système, en tirant partie des médias, de logiques commerciales et en acceptant des partenaires-fondateurs, pour la plupart lourdement critiqués par le milieu écologiste et/ou actifs pour la cause animale (EDF, l’Oréal, Marque Leclerc, TF1). Pour la Fondation, l’écologie est l’affaire de tous et les entreprises ont autant que les individu(e)s un rôle essentiel à jouer dans ce combat pour transformer les comportements. Les entreprises sollicitées ont joué le jeu et des résultats sont d’ores et déjà tangibles. De nos jours, de nombreuses entreprises se cachent derrière une image verte pour des questions de marketing. Ce fait n’est à mon avis pas pour rien dans l’implication de certaines pour les projets de la Fondation. Je veux bien croire que ce fonctionnement puisse déplaire à ceux/celles qui s’impliquent déjà pour la planète et/ou les animaux, sans passer par cette case. De quoi également énerver, quand on n’est pas trop porté sur les médias. Je regrette surtout pour ma part que la FNH, en s’encrant dans un humanisme (Fondation Nicolas Hulot / Fondation pour la Nature et l’Homme – le remplacement du terme Homme, dans le sens généraliste, par celui d’Humain n’est-il pas acquis depuis pas mal d’années ?), reste mou vis-à-vis de la cause animale. De même ses positions envers le nucléaire ne me semblent pas assez fermes. Il n’empêche que, entre matériels pédagogiques et fonds attribués à de multiples projets, cette ONG produit un travail conséquent que je salue. Certes les écologistes de première heure ne grappilleront pas beaucoup d'informations, ce qui ne leur exclue pas de déposer un projet. Mais je ne suis pas sûre que la Fondation Hulot soit principalement conçue pour eux/elles. Par contre, la masse sera touchée et trouvera de quoi réajuster son mode de vie, titiller sa curiosité et s’orienter vers des organismes plus pointus.


Aujourd’hui, la Fondation Nicolas Hulot fête l’anniversaire de son Défi pour la terre. Une action organisée en partenariat avec l’ADEME (Agence – publique – pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie). Des centaines d’actions ont vu le jour depuis 2005. Les individu(e)s sont aussi sollicité(e)s. On leur demande de s’engager selon le défi qui leur convient : calculer l’impact de son mode de vie sur la planète (5 minutes) ou s’engager sur 10 gestes du quotidien (1 minute). Une sorte de pétition pédagogique… A l’heure actuelle, déjà 470 485 personnes ont répondu à l’appel et se sont engagées à adopter des gestes écocitoyens au quotidien, soit plus de 215 000 tonnes de CO2 économisées. Ne sous-estimez pas ce genre de procédé. Il s’agit de la très efficace technique du Pied-dans-la-mémoire, étudiée par Robert Joule et Jean-Léon Beauvois, chercheurs en psychologie sociale.
Pour en savoir plus et participer au Défi, cliquez-ici.

Je profite de ce post pour faire une requête personnelle à la Fondation Hulot : Serait-il possible d’intégrer la modalité « végétarien, végétalien » dans votre questionnaire (à une question, on ne peut manger moins que « peu de viande »). C’est dommage, d’autant plus si on étudie l’impact positif de cette alimentation sur l’environnement. Vous le savez très certainement et d’autres organismes le prennent en compte (ainsi Agir 31, que vous citez dans vos références, dans ses calculs sur l’impact).

Et pour conclure, en avant-goût, puisque sur Absolutely Green il est essentiellement question de cuisine, je vous ai sélectionné des conseils de la Fondation plus spécifiques :


Un geste pour la planète

Le nombre de pictos correspond à la difficulté du geste.


J’évite le jetable (#)

Une solution avantageuse

L’éponge, la serpillière et le torchon, peuvent être utilisés plusieurs fois, à l’inverse du papier essuie-tout et des lingettes à usage unique. Les lingettes de nettoyage ménager permettent d'utiliser moins d'eau mais elles génèrent 3 à 6 fois plus de déchets que les produits traditionnels tout en contribuant à la pollution de l'air. Et en plus elles coûtent beaucoup plus cher.Les lingettes sont pratiques mais produisent 3 à 6 fois plus de déchets que les produits traditionnels.
Pour en savoir plus
Campagne de l'ADEME, «
Réduisons nos déchets, ça déborde »
Campagne du WWF, «
Du jetable au durable »
Le guide pratique de l’ADEME à télécharger :
Les déchets des ménages


Je trie mes déchets (#)


Bien trier pour bien recycler

Le tri des déchets est un acte volontaire indispensable pour l’environnement et c’est dans la cuisine qu’il commence. Chacun d’entre nous doit suivre les consignes de tri de sa commune pour ne pas perturber le recyclage.
Les déchets organiques

Ils sont réservés au compost.
Les briques alimentaires

Également recyclables, elles sont utilisées, par exemple, dans la fabrication de cartons et de meubles.1 tonne de papier fabriquée pour les briques alimentaires = 2 tonnes de bois utilisées.
Le verre
Recyclable à 100% et à l’infini, son traitement diminue de 12% le poids des déchets ménagers à gérer.
Sont recyclables : les bouteilles, les pots et bocaux.
Ne sont pas recyclables : la vaisselle en terre cuite ou en porcelaine, les miroirs, les vitres et les ampoules électriques.
1 tonne de verre recyclée = 660 kg de sable + 100 kg de fuel
Les plastiques
Souvent recyclables, leur traitement permet de les faire renaître sous différentes formes : pull en laine polaire (environ 27 bouteilles plastique), fibre polyester pour rembourrer couettes ou anoraks, textiles d’isolation pour les bâtiments, tuyaux d’assainissement, gaines pour le passage des câbles, bouteilles, barquettes… Pour optimiser le recyclage, pensez à laisser les bouchons plastiques sur les bouteilles, mais retirez l'opercule en aliminium des bouteilles de lait.
Sont recyclables : les bouteilles d’eau, de soda, de lait, de soupe, les flacons de lessive, les boîtes de chocolat en poudre ou de farine, les produits d’entretien ou de toilette….
Ne sont pas recyclables : les films plastique et les petits pots (yaourts,crèmes...) car ils sont souillés.
1 tonne de plastique recyclée = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisés
Les papiers et cartons

Leur traitement permet de fabriquer du papier recyclé.
Sont recyclables : les journaux, magazines et prospectus, les cartons.
Ne sont pas recyclables : les enveloppes à fenêtre plastique, les papiers plastifiés, le papier carbone, les couches-culottes, les mouchoirs...
1 tonne de vieux papiers = 600 kg de papier OU 900 kg de carton, tout en consommant jusqu’à 4 fois moins d’énergie.
Les métaux

Généralement recyclables, on les retrouve dans la vie courante.
Sont recyclables : les boîtes de conserve, les canettes en acier et les barquettes en aluminium, les bombes aérosols, les bidons et boîtes métalliques.
Ne sont pas recyclables : les boîtes et barquettes non vidées.
1 vélo = 670 canettes valorisées1 voiture = 19 000 boîtes de conserve traitées
Pour en savoir plus
Consultez le site Internet de votre commune ou du syndicat chargé du traitement des ordures.
Le
Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères (agglomération parisienne) explique le tri aux résidents de la région.
Campagne de l'ADEME, «
Réduisons nos déchets, ça déborde »
Le guide pratique de l’ADEME à télécharger :
Les déchets des ménages
Le guide pratique de l’ADEME à télécharger :
Le compostage individuel
Eco-Emballages
Campagne de
France Nature Environnement, « Dès aujourd’hui, moins d’ordures pour les générations futures »
Revipac (association consacrée à la reprise et au recyclage des emballages ménagers papier-carton) >
contact


Je bois l’eau du robinet (#)
Changer les idées reçues

L’eau du robinet est parfaitement potable, sauf avis contraire de la Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale. En France, la consommation d’eau en bouteille a été multipliée par 2 en 20 ans, ce qui représente des milliers de kilomètres parcourus, des tonnes de carburant consommé et de CO2 émis avant d’arriver sur notre table. Sans compter les milliards de bouteilles plastique qui en résultent. Seules 4 bouteilles sur 10 sont recyclées : pensez à les trier !
Améliorer le goût

Pour retirer le goût de chlore, on peut fixer un filtre sur le robinet (s’assurer qu’il ne supprime pas aussi les sels minéraux comme le calcaire, indispensable à la santé). Plus simplement, le problème peut aussi être résolu en versant l’eau dans une carafe, le chlore s’évaporant au contact de l’air.En France, 1% seulement de l’eau du robinet est destinée à la boisson alors qu’environ 140 litres d’eau en bouteille sont consommés par an et par habitant. L’eau minérale coûte au minimum 50 fois plus cher que l’eau du robinet.
Pour en savoir plus
Le réseau des
Agences de l’Eau
La
qualité de l’eau du robinet, un dossier du Centre d’information de l’eau (CIEAU)
La
qualité de l’eau du robinet, un dossier des Agences de l’eau
L'eau à la maison. Mode d'emploi écologique. Sandrine Cabrit Leclerc.
Terre Vivante


Je débouche sans danger (#)
Faire de la prévention

Un évier ou un lavabo bouché fait partie des petits tracas du quotidien. Pour en limiter la fréquence, il faut penser à vider le contenu des assiettes et des plats dans la poubelle avant de faire la vaisselle. On peut aussi équiper son évier d’une crépine : placée sur l’orifice, elle retient les déchets avant qu’ils ne tombent dans la canalisation.
Mettre la main à la pâte

En cas d’obstruction, l’eau bouillante, la ventouse, la spirale métallique ou la pompe à vide sont des moyens recommandés, contrairement aux produits chimiques polluants. Avec un peu d’entraînement, il est facile de démonter le siphon pour le nettoyer. Si l’usage d’un déboucheur liquide est nécessaire, éviter le surdosage et choisir de préférence un produit totalement biodégradable et non toxique.En France, seuls 49% des eaux usées sont dépolluées, avec un objectif fin 2005 de 65%.75% des pollutions marines proviennent des eaux continentales.
Pour en savoir plus
L’assainissement des eaux usées, un dossier du Centre d’information de l’eau (CIEAU)
La qualité des eaux des rivières en France, un dossier des Agences de l’eau
La qualité des eaux des mers en France, un dossier des Agences de l’eau
Protéger l’eau, un dossier des Agences de l’eau


Je veille à l’entretien de mon réfrigérateur (##)
Prendre garde à la chaleur

Les instruments de cuisson (four, cuisinière...) sont des équipements qui doivent être placés à l’écart du réfrigérateur. De même, celui-ci ne doit pas accueillir des aliments chauds qui lui demandent un effort supplémentaire en énergie.
Contrôler la température

La conservation des aliments nécessite une température comprise entre1°C (étages du haut), et 5°C (étages du bas). Dans un congélateur, elle doit être de -18°C. En plaçant un thermomètre dans le bac à légumes du réfrigérateur (température la plus élevée), il est facile de réguler la dépense d’électricité.
Dégivrer tous les 6 mois

Tous les 6 mois, il est impératif de dégivrer vos appareils pour qu’ils consomment moins.
Nettoyer la grille une fois par anLa grille située à l’arrière du réfrigérateur est chargée d’expulser la chaleur extraite de l’appareil. Elle doit être vérifiée et nettoyée chaque année.
Vérifier l’étanchéité des portes

L’apparition rapide du givre, c’est souvent des joints fatigués. Pour le vérifier, il suffit de fermer la porte du réfrigérateur sur une feuille de papier : si on la retire facilement, les joints sont à changer.Hausse de consommation d’électricité : +5% à chaque degré supplémentaire et +30% au-delà de 3 mm de givre.
Pour en savoir plus
Le guide pratique de l’ADEME à télécharger :
Le froid


J’économise l’eau (#)
Un peu de méthode

Faire la vaisselle à la main ne doit pas être synonyme de gaspillage : aller du moins sale vers le plus sale, économiser l’eau (fermer le robinet pendant le lavage) et utiliser juste ce qu’il faut de nettoyant, telle est la bonne méthode.
Les bienfaits du lave-vaisselle

Faire sa vaisselle à la machine peut être plus économique en eau et en électricité si le lave-vaisselle est peu gourmand en énergie et utilisé de façon optimale. Bien sûr, il ne faut pas rincer la vaisselle avant de la mettre dans l’appareil, car cela consomme de l’eau inutilement. Pour les poudres de lavage, choisir de préférence celles qui ont des écolabels car nombreuses sont celles qui contiennent encore des phosphates.
Le “bon” lave-vaisselle :• appartient à la classe énergétique A• tourne à pleine charge et en programme “éco”• évite le pré-rinçage, si la vaisselle n’est pas très sale.
Pour en savoir plus
L’eau dans la vie de tous les jours, un dossier du Centre d’information de l’eau (CIEAU)
L'eau à la maison. Mode d'emploi écologique. Sandrine Cabrit Leclerc.
Terre Vivante.


J’optimise la cuisson (#)
Le bon achat

Une casserole à fond plat, avec un diamètre adapté aux plaques, exploite au maximum les capacités de votre cuisinière. De même, l’usage d’un couvercle réduit de façon significative l’énergie consommée.
Profiter de l'inertie

Les plaques de cuisson électriques continuent de chauffer durant 15 minutes après extinction (sauf les plaques à induction) : cette chaleur, entièrement gratuite, mérite d’être utilisée lors d’une cuisson longue.Maintenir 1,5 litre d’eau en ébullition dans une casserole demande 4 fois moins d’énergie avec un couvercle.
Pour en savoir plus
La maison des négawatts. Le guide malin de l’énergie chez soi. Thierry Salomon et Stéphane Bedel.
Édition Terre Vivante.


Je réchauffe au micro-ondes (#)
À utiliser avec modération

Les aliments peuvent se décongeler à l’intérieur du réfrigérateur, sans l’aide du micro-ondes : c’est moins rapide mais cela ne consomme aucune énergie. La cuisson des plats au micro-ondes, et surtout ceux contenant beaucoup d’eau, comme les légumes, est à éviter. Le micro-ondes est idéal pour réchauffer les aliments.Un four à micro-ondes consomme moins d’énergie pour réchauffer un plat qu’un four traditionnel.
Pour en savoir plus
Campagne de l’ADEME «
Faisons vite, ça chauffe »
La maison des négawatts. Le guide malin de l’énergie chez soi. Thierry Salomon et Stéphane Bedel.
Édition Terre Vivante.


Je cuis au four traditionnel (#)
Chasser les courants d’air

Ouvrir la porte d’un four pendant qu’il fonctionne gaspille beaucoup de chaleur : pour évaluer la cuisson de votre préparation, il vaut mieux se servir de l’éclairage de contrôle.
Profiter de la chaleur

Dans le cas d’un four à pyrolyse, le nettoyage doit être programmé dans la foulée d’une cuisson, pour bénéficier de la chaleur accumulée.
Pour en savoir plus
La maison des négawatts. Le guide malin de l’énergie chez soi. Thierry Salomon et Stéphane Bedel.
Édition Terre Vivante.
Campagne de l’ADEME «
Faisons vite, ça chauffe »


Documents visuels et texte : Fondation Nicolat Hulot

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

Requia a dit…

Je suis tres sensible a cela et j'essaie de faire attention en general. Du coup, j'ai joue le jeu et je suis plutot fiere de moi : j'emets 4211 kg CO2.
Verdict : vous meritez nos felicitations, continuez sur votre lancee !

PS : dans le meme esprit, aux questions alimentation, je mange de la viande mais pas tous les jours, ni 2 fois par jour, ni 3 fois par semaine ... Moins souvent que ca ! Dommage qu'il n'existe pas une reponse plus appropriee.

Virginie a dit…

Merci pour eux de t'être engagée Requia. Je ne pourrais pas comparer mes résultats aux tiens car mon ordi bloque à la 17ème question (à force de rétenter, j'y arriverai bien un jour...). Je me suis donc engagée seulement sur les 10 gestes. Par contre j'avais fait le test sur un de leur livret et en faisant la soustraction : mauvais gestes - idées pour améliorer, j'arrivais à un résultat 0. Peut-être trop encourageant ! Je trouve que leurs tests ont l'intérêt de nous aider à comprendre ce qui ne va pas et ce qui peut être amélioré dans notre quotidien. Cela a plus d'impact qu'une simple lecture d'instructions. Mais de même que pour cette question d'alimentation, je n'ai pas toujours su me placer dans leurs réponses (par ex. je devais m'engager sur des gestes que je pratique déjà sinon j'étais considérée comme pollueuse, etc.). Je crois que là encore ces tests sont conçus pour faire réagir des gens qui ne sont pas encore sensibilisés. Et ce n'est pas la moindre des tâches...