mercredi 29 novembre 2006

Le sang des bêtes


Cette action consiste à déverser du faux sang dans une rue passante pour dénoncer l’abattage des animaux pour la consommation de viande et de poissons. Un tract explicitement antispéciste était distribué aux passant-e-s.

Ces actions sont non-violentes. Le but n’est pas d’agresser mais bien de communiquer des informations et des idées. Elles sont ouvertes à toute personne végétarienne souhaitant s’en revendiquer. Le discours à tenir est explicitement antispéciste, centré sur les animaux et condamnant la consommation de viande et de poissons. Les actions durent environ une heure et nécessitent peu de préparation (on peut facilement l’organiser à 3 ou 4 personnes).


La fabrication du faux-sang consiste à mélanger un colorant alimentaire à de l’eau (et éventuellement à de la maïzena) jusqu’à obtention d’un mélange rouge vif. Ce colorant est vegan et se trouve dans les magasins asiatiques. Si vous n’en trouvez pas à proximité de chez vous, des militant-e-s des autres villes pourront vous en envoyer par la Poste. Le faux-sang se nettoie très facilement à l’eau.



Pour plus d’informations, vous pouvez visiter une
page d'Animauzine (compte-rendu, tracts, photos, etc.).



Nous aimerions organiser à nouveau ce genre d’actions le samedi 2 décembre (ou le dimanche) parce qu’elles ont un impact certain sur le public mais aussi sur les médias. Si vous voulez, vous pouvez créer un collectif "sang des bêtes" dans votre ville ou rejoindre un groupe pré-existant. Une liste yahoo est consacrée à l’organisation de ces actions. Elle permet de se concerter entre groupes pour les mener à bien. Pour vous y inscrire : cliquez
ici ou envoyer un message vide .





Pour le moment, des actions auront très certainement lieu à Lyon, Rouen, Paris, Bordeaux, Clermont Ferrand, Madrid. En espérant qu’un maximum de villes relayeront cette action.



Contacts régionaux :
Paris :
difftong@riseup.net - 01 45 59 04 35
Lyon :
lyon-sdb2006@no-log.org - 06 13 23 36 16
Bordeaux :
budy@riseup.net - 06 17 16 57 66
Rouen :
pascale.rompteau@free.fr - 06 11 42 83 31






Egalement, et pour la première fois, Rennes se joindra à cette action nationale, à l’initiative de l’association Révégez-vous. Rendez vous, samedi prochain, en haut de la place de la mairie pour 14h45.
Rendez-vous sur Hellocoton !

16 commentaires:

Anne de Blogbio a dit…

Et toi, qu'en penses-tu ?
Crois-tu vraiment que ce genre d'action peut amener quelqu'un au végéta*isme ? Personnellement, je suis très sceptique.

Marion a dit…

Manger de la viande.... je l'ai fait pendant vingt ans et sans manquer de respect aux animaux que je mangeais : je vivais dans une ferme. Alors stop à cette sensiblerie qui dit : "non ne tuez pas les bêtes ça leur fait mal!" (Quand un chat bouffe une souris ça lui fait mal aussi!)

L'homme est omnivore et si chacun se nourrissait de ce dont il a VRAIMENT besoin, personne ne serait végétarien mais on mangerait de la viande ou du poisson une fois par semaine....

J'ai trouvé l'image très violente et quand on refuse de faire mal aux bêtes comment peut on faire ça aux gens de sa propre espece???

Virginie a dit…

Anne,
J'ai eu beaucoup de mal pendant un temps avec des actions qui mettaient en avant la violence sur les animaux, que ce soit des images ou cris d'animaux expérimentés ou en abattoirs etc., car je me faisais moi-même violence pour les supporter pendant les actions, et je pensais que les gens détourneraient plus leur regard qu'autre chose. Or, si certain(e)s le font, ce n'est pas le cas de tout le monde. Chacun(e) a sa manière d'être touché(e) et informé(e) et, vu les récoltes de signatures pour pétition, j'ai du réviser mon jugement. Franchement, je pense qu'il est nécessaire de multiplier le types d'actions, après à chacun(e) de voir quel type d'action lui convient mieux.
Pour cette action sur le sang des bêtes, il s'agit justement de provoquer, d'interpeller les gens sur ce qu'ils créent implicitement. J'espère bien qu'ils seront choqués car il y a de quoi. Après, reste aux militant(e)s de ne pas s'en suffir, sinon l'émotion resterait stérile. Il faut ajouter paroles et écrits informatifs et explicatifs, ce qui a très sûrement lieu.

Marion,
Depuis quand la nature fait bien les choses ? Dans ce cas, bravo au sida, bravo aux maladies génétiques qui mutilent la vie de ceux et celles qui en souffrent, bravo aux catastrophes naturelles qui cueillent tant de vie, etc. Qu'est-ce que ça peut bien me faire que l'humain soit omnivore ? Bien entendu que la violence existe dans ce monde. La question n'est justement pas de le nier mais de se demander ce que l'on fait avec. Soit on continue sous n'importe quel faux-pretexte (c'est-à-dire tout simplement parce que ça nous arrange) soit on essaie de réfléchir aux moyens de diminuer son niveau et ses effets. Si on est si fier d'être humain, que l'on se serve au moins de notre petite tête, non ? Le chat ne peut pas, il suit ses instincts. C'est dommage mais c'est ainsi. Je n'aimerais pas être la souris qui se fait croquer, pas plus que la vache qui devient steak. La question que je me pose est donc la suivante : l'humain peut-il se nourrir d'une manière qui n'implique pas une exploitation d'autres êtres sensibles ? Et la réponse est oui, grâce au végétarisme et encore mieux au végétalisme. Il ne s'agit pas de sensiblerie, mais de morale. A ce que je sache, on ne qualifie pas les mouvements contre les femmes battues de nids à sensiblerie (et je prends cet exemple sciemment, pour avoir militer dans plusieurs associations contre le sexisme sous toutes ses formes), mais des associations qui luttent contre des rapports de pouvoir contre les femmes qui passent (entre autres) par la brutalité. Ces mouvements n'aiment pas toutes les femmes, (comment est-il possible de le faire quand on ne les connait pas toutes ?) mais agissent pour que leur droits soient respectés.
Je n'aime pas tous les animaux, qu'ils soient humains ou pas, mais je les respecte car je ne vois pas une raison de ne pas le faire.
Mais bon, on peut ausi dire qu'après tout puisque l'humain a toujours été violent, rien ne m'empêche de cracher sur mon voisin ou de donner une claque à ma voisine, puisque la nature fait bien les choses, arrêtons toute médicalisation, on peut aller loin comme cela... Mais la seule chose que je ferai, c'est d'enlever ton panneau "stop" de ma route, car il créerait trop d'accidents.
Et pour ta dernière remarque. Je te dirais que cette image de sang me fait penser personnellement à celles que l'on voit dans les médias, prises au Proche-Orient. Je te rassure, Marion, ce n'est que du faux sang, et je pense qu'il vaut mieux prévenir que guérir. Que veux-je dire par là ? Eh bien que l'on voit des images à la télé, voilà, c'est bien dommage, je ne pense pas que cela empêche les gens de manger, puisqu'ils ne sont pas directement concernés. J'ai remarqué que l'on se sent par contre bizarrement plus concerné dès que l'on peut éprouver quelque chose de similaire. Ce faux sang n'est qu'un artefact censé révéler d'autre sang que les gens versent directement ou pas. Je préfère les artefact et le dire, plutôt que le subir.

Marion a dit…

C'était vraiment pas une agression de ma part.
Toujours est il que face à la violence de ces actions et quelque part celle de ton discours (de militante convaincue), j'ai l'impression de voir un parent frapper son enfant pour lui dire que la violence c'est mal... et là j'attend mes limites.
C'est par l'exemple, l'apprentissage et l'entraide que l'on avancera. Et que l'on gardera l'esprit clair et serein.

Virginie a dit…

"Frapper" un enfant ?
"Attendre" tes limites ?
Excuse-moi mais je ne comprends pas ce que tu racontes. Sous-entends-tu que tu me proposais/proposes de l'entraide, que je n'ai pas l'esprit clair, ni serein ? Peux-tu être un peu plus explicite car je ne vois pas comment te répondre... Merci.
Sinon oui je suis convaincue, sinon je ne serais pas végétarienne depuis plus de 15 ans, ni végétalienne depuis 12 ans. Par contre militante, petit rectificatif, je ne l'ai jamais vraiment été car cela ne m'a jamais correspondu. J'ai effectivement participé à des groupes contre diverses discriminations et milité sans m'y sentir à ma place dans ce type d'actions. D'où ce blog, qui est beaucoup plus soft, je sais, mais atteste juste d'une présence sous une forme positive, ce qui est déjà beaucoup.
Effectivement, je me suis sentie agressée et d'ailleurs je me le sens encore, tant que ton dernier message ne s'éclaircit pas. Désolée, si tu voulais simplement en discuter.

marion a dit…

Toute mes excuses, moi tout ce que je voulais c'était essayer d'avancer en discutant.
J'entendais simplement apr militante que tu es convaincue par ce que tu fais, dit, écris et que tu essaye de faire entendre ton message... rien de péjoratif dans ce mot.
Par entraide je voyais ça d'une façon générale.... ceux vers qui l'on doit aller pour les aider à prendre conscience du bien fondé de la cause que l'on plaide.
Je tenais enfin et surtout à ce que tu sache que malgrès les apparences je me sent plus proche de tes opinions que de celles du chasseur viandar qui va dégommer le lapin avec ses potes tous les dimanches...

Yaël a dit…

Bon j'ai tardé à mettre mon grain de sel dans ce débat et me voilà quand meme.

D'abord, Virginie, j'aimerais savoir ce que tu évoques quand tu fais allusion aux pétitions: la récolte de signature est facile ou difficile ? Tu parles des pétitions que tu signales via ton blog ou d'actions de récoltes de signatures dans la rue ? Parce que moi je trouve ca bien, les pétitions, continue, ca m'intéresse.

En ce qui concerne l'action dont on parle, je la trouve également très violente sur le plan symbolique. Et je suis aussi sceptique qu'Anne, car quand les gens se sentent agressés, ils ont envie de se protéger, et de se justifier. Marion en est un parfait exemple d'ailleurs.

Perso, ma première approche du mot vegan et du concept du veganisme a été sur le site vegan tekno. Ben comment dire... Le ton est tellement radical, que meme si tous les thèmes développés sur ce site me touchent et m'intéressent, je me suis sentie agressée (notamment par le terme de "viandiste", ouvertement choisi pour sa ressemblance avec "raciste", "sexiste"...) , et ca n'a pas fait avancer ma réflexion. Au contraire, je crois que ca m'a fait reculer pour un temps.

Je te rejoins Virginie quand tu dis qu'il faut diversifier et multiplier les actions. Et très sicèrement, je crois que Anne et toi, et d'autres, font beaucoup en faveur du végéta*isme en partageant vos recettes, beaucoup plus qu'on ne pourrait croire. Je crois aussi qu'on ne peut pas attendre de l'ensemble de la population de se sentir concerné par ce genre de cause, parce que la plupart des gens n'ont pas envie de réfléchir a ca. Ca tombe bien, en partageant vos recettes, vous n'obligez pas les gens a réfléchir, à savoir, a remettre tout en question. On commence par essayer une recette "sans", puis deux, puis "oh, on peut meme faire des gateaux !", puis "et des truffes !" ... Un jour, on se rend compte qu'on n'a plus besoin des produits animaux. En parallèle, un jour, quand c'est mur, on se demande "mais pourquoi Virginie a-t-elle choisi de devenir végétalienne ?", et on va fouiller un peu les liens. Et on sait alors que nous non plus, on ne pourra plus jamais manger des produits animaux en toute bonne conscience, comme avant. Enfin en fait c'est mon parcours, ca c'est fait comme ca, tout en douceur.



Pour en revenir aux actions à mener, j'aimerais donc plus militer vers les législateurs, pour que certaines pratiques en vigueur dans les fermes d'élevage industrielles soient interdites. (Idéalement pour que les élevages industriels eux memes soient interdits mais on peut réver, c'est peut etre pas pour tout de suite).

Voilà mon avis sur la question.

Yaël a dit…

Un autre aspect que je voulais soulever par rapport aux actions de sensibilisation. Tout le monde sait (à part peut etre certains petits enfants a qui on omet de l'expliquer), qu'on tue les animaux pour les manger. La plupart des gens trouvent ca normal et ne voient aucune raison de remettre ca en question parce que comme l'a dit marion:
- tout le monde le fait
- c'est la nature
- les animaux eux memes tuent pour se nourrir
- les protéines animales seraient (selon la plupart des articles grand public) nécéssaire à la santé
- etc...

En revanche, je crois que très peu de gens savent dans quelles conditions vivent les animaux qu'on élève pour leur chair, leur lait ou leurs oeufs. Et ca, les 2 petites vidéos de Meatrix http://www.themeatrix.com/intl/france/ (cliquer sur les ronds jaunes en haut à droite pour voir les films) l'expliquent super bien. Tout le monde imagine que les animaux viennent de fermes et qu'ils y vivent bien. On croit ca parce qu'on nous raconte ca depuis qu'on est petits (les animaux de la ferme, 1 des 1ers bouquins de tous les bébés), parce que ca nous arrange bien, et parce qu'on n'a jamais rien vu d'autre. Des fermes, on en voit de moins en moins, mais d'élevage industriel, moi, je n'en ai jamais vu. A mon avis ils sont bien cachés, et bien difficiles à identifier de l'extérieur. Des poules sans bec, des vaches sans cornes et sans queues, moi j'en ai jamais vu. Alors comment l'aurai-je su si je n'avais pas décidé un jour de chercher l'info par moi meme ? Moi, c'est ce genre d'info que j'ai envie de diffuser: on prend les animaux pour des machines à produire des protéines, on les traite de facon inacceptable. Je crois qu'il serait plus efficace d'informer les gens sur ce qu'ils ne savent pas, et de les laisser faire leurs choix, plutot que de vouloir les forcer a changer leur regard sur ce qu'ils savent deja (on tue les animaux pour les manger). L'action "le sang des betes" me fait penser aux commandos anti-avortement. Tout le monde sait qu'avorter tue les foetus. Les militants des commandos veulent forcer les gens à porter le meme regard qu'eux la dessus. Ce débat me parait sans fin, chacun reste sur ses positions.
Mais si on apporte une nouvelle info, on force les gens à réfléchir. Bon, j'ai été longue là.
Je m'en vais papoter ailleurs ;-)

Virginie a dit…

Il y a quelque chose qui me gêne dans vos interventions, c'est que je ne suis pas sûre que l'on parle vraiment de l'action. C'est difficile pour moi aussi d'en dire quelque chose car je n'y ai jamais assisté. Mais j'ai l'impression que pour vous elle se résume à la photo (d'où peut-être le problème des photos...). Dans le texte il est au contraire mis en avant que cette action est non violente. Comment elle peut l'être si on verse du faux-sang, je pense grâce à ce qui entoure ce sang, à l'ambiance, et cela la photo ne l'évoque pas.
Que pensez du geste de Tomas Velasquez, qui s'est crucifié mercredi 29/11 à l'occasion d'un rassemblement pour la libération Lino Oviedo, au Paraguay ? N'est-ce pas bien plus violent ? On ne le mentionne pas dans le Monde. De même que sa grève de la faim (qui revient tout de même à se laisser mourir même si on ne voit ni sang ni faux-sang), il s'agit de montrer que le sujet est urgent et important. Ce mode est habituel non ?
La violence dans les actions végétariennes me fait rire... jaune. Car pour être franche, tout est violent sinon agressif, pour bon nombre de non-végétarien(ne)s, à partir du moment où on dit (et pas forcément haut et fort) que l'on ne mange pas de viande par choix (alors si on parle de ce qu'ils/elles pratiquent...). Combien de fois me suis-je fait agresser en plein repas par des non-végétarien(ne)s (souvent inconnu(e)s) alors que je ne bronchais pas, et essayais au contraire soit de me concentrer sur ma salade soit sur la discussion pour ne pas penser à leurs assiettes. Car contrairement à ce que l'on pense, tout le monde n'est pas végé parce qu'il/elle a envie de transgresser, d'être original(e) etc., et n'a pas tout le temps envie de remettre ça sur le tapis. Non, les personnes s'imaginaient que je pensais, oui bien sûr même si je ne le montrais pas, je ne pouvais QUE penser du mal d'eux et de ce qu'ils/elles mangeaient. Le seul fait d'être végé fait sentir d'autres coupables. Voilà qui n'est pas simple. La relation est biaisée d'avance. Peut-être des végé refoulé(e)s... Cela s'est avéré vrai dans certains cas. D'autres, je l'ignore. En tout cas, je pense que j'en ai assez de prendre mille pincettes. Le problème de réception est souvent ailleurs, contrairement à ce que l'on pense. On est prêt ou pas à recevoir le message, pour certain(e)s se sera rapide, d'autres long, d'autres trop long pour leur vie. Et même si telle action ne va pas transformer quelqu'un(e) en végé, cela montrera qu'en tout cas, pour des personnes la cause vaut le coup de vraiment se mobiliser. Et c'est déjà un pas. Je suis d'accord, l'info est primordiale, et accuser les gens ne fait pas avancer les choses, pour toute discussion d'ailleurs. Mais secouer un peu, et s'affirmer ne fait pas de mal. Que certain(e)s se rebiffent pour un temps, cela se comprend, question d'orgueil aussi, ce qui ne signifie pas que plus tard, une info ajoutée à une autre, puis à une autre, ne fasse pas son chemin. Alors que si on ne dit jamais rien, il y aura 0 info.
Après je ne pense pas que dans le sang des bêtes, seule la mort des animaux est pointée du doigt, mais là encore je ne suis pas sûre, et je trouve que Yaël, tu soulèves un point intéressant.
Merci par ailleurs pour ton expérience. Vois-tu, je suis un peu une militante complexée (non pas que je vois le militantisme comme quelque chose de négatif Marion), mais je ne suis pas à l'aise dans ce type d'action, et d'un autre côté, avais un peu honte de mon très soft blog. Il n'aura pas été si anodin.
Et pour les pétitions, c'était dans la rue, avec des actions finalement proches de celle du Sang des bêtes.
Et Marion, si tu veux discuter, je te propose plutôt quelque chose à l'envers, comme ça tu ne sentiras pas frappée, en te posant une question (mais ce n'est qu'une possiblité de discussion, rien d'impératif) : donne moi un argument recevable pour que je ne sois plus végétalienne. Ce n'est pas de la provoc, mais pour moi une façon de faire avancer ma réflexion. Or jusqu'à présent, personne n'en a trouvé. Merci (tu peux m'écrire par mail aussi, si tu préfères).

Yaël a dit…

Oui, je réagissais par rapport à la photo, c'est ce qu'on voit en premier quand meme. Et les tracts anti spécistes, ca me branche pas trop vu ce que j'ai pu lire sur la question jusqu'à present.

J'en reviens pas que tu sois complexée par le ton soft de ton blog, au contraire, c'est un atout pour faire passer ton message. J'ai encore été faire un tour sur certains sites que tu donnes en lien et décidemment, ca passe pas. Non, je trouve le travail que tu fais remarquable, surtout ne change pas.

Tu sais, par rapport a l'agressivité, je suis confrontée a cette question très souvent. Elle n'est pas propre à l'alimentation (malheureusement). Elle se pose chaque fois qu'on fait un choix différent dans notre vie et que ce choix est reflechi. On confronte alors les autres au fait que souvent, ils n'ont, eux, pas réfléchi à cette question. C'est deja éventuellement culpabilisant en soi. Et s'ils y avaient réflechi mais avaient conclu quelque chose comme "j'aimerais bien respecter les animaux, mais dans notre société c'est impossible", et que tu leur montres que si, c'est possible, et c'est possible en bonne santé, et avec du plaisir sur la table, en plus..., ben c'est encore plus culpabilisant. Parce que ce que tu fais, toi, ils pourraient le faire eux aussi, s'ils voulaient. Et ils sont oligés de reconnaitre qu'en fait ils ne veulent pas. Pas réfléchir, pas se documenter, pas changer leurs habitudes, pas se demarquer, pas prendre la peine...


En meme temps, comme je te l'ai deja dit, moi je ne peux pas considerer tous ces "autres", je veux dire les omnivores, comme "les méchants", ceux qui n'ont rien compris, etc... Ils sont juste comme moi il y a 1 an. Et je n'ai pas le droit de l'oublier. Et je ne peux pas leur demander de faire en un claquement de doigts un cheminement qui, à moi, a pris plusieurs mois a partir du moment ou j'ai amorcé ma réflexion. Je ne peux pas leur demander d'etre prets maintenant parce que moi je le suis. Faut quand meme reconnaitre que c'est pas une démarche facile, au départ.
A mon avis, ce qui compte, c'est le résultat final. Quand je dis qu'il ne faut pas etre violent dans le militantisme, ce n'est pas pour protéger les gens, ils s'en remettront bien, c'est que je crois que ce qui agresse est inefficace. Mais je ne pense pas du tout qu'il faille ne rien dire et qu'il ne faille pas bousculer un peu, au contraire.

Pourquoi ne plus être végétalienne ? Pour moi, le végétalisme est un choix extreme, qui répond à une société qui marche sur la tete en matière d'élevage. Si les animaux étaient respectés, il n'y aurait pas lieu d'être végétalien mais simplement végétarien. Non ? Par exemple, c'est peut etre un mythe, je n'y suis jamais allée, on dit que les vaches sont sacrées en Inde, je ne sais pas ce que ca veut dire. Si elles vivent une vie de vache normale, ou elles sont libres de se déplacer, d'allaiter leurs veaux, ou elles se nourrissent normalement avec une nourriture qui leur convient et qui n'est pas destinée à augmenter leur lactation, etc... pourquoi ne pas consommer des produits laitiers occasionnellement ? Qu'en penses-tu ?

Yaël a dit…

Parler du végétalisme, de pourquoi on a fait ce choix, c'est vrai que c'est pas facile. Comme le faisait remarquer Anne ailleurs (chez elle en fait, là http://blogbio.canalblog.com/archives/2006/09/19/2717145.html#comments, souvent les discours militants trop extremes ne touchent que les gens déjà convaincus. Et c'est pourquoi j'ai beaucoup de mal a aborder la question avec mon entourage, car je suis nourrie de ces argumentaires qui me parlent, mais dont je sais qu'ils leur paraitront agressifs.
Pas facile du tout.

Marion a dit…

Des arguments pour arreter d'être végéta*ienne? Non, comme le dit yael, on marche tellement sur la tête avec les industries alimentaires aujourd'hui et la course au productivisme (avec le non respect de l'animal et l'utilisation des terres, la pollution, etc...)que j'ai même pas envie d'en trouver.
Par contre dans l'hypothèse où on élève un animal dans le respect de son être, c'est à dire en le considérant comme un individu vivant. Si on ne satisfaisait en les tuant que nos besoins principaux (et pas nos envies), là OUI je remangerais de la viande. L'idéal pour moi serait de pouvoir par exemple boire le lait d'une vache, la manger quand son heure serait venue et utiliser son cuir pour m'habiller.... pour moi ce n'est pas forcement un manque de respect que de tuer un animal.
Car ce qui me révolte encore plus que de tuer un animal sans respect c'est tout le gaspillage que l'on fait autour!

Virginie a dit…

Désolée les filles d'avoir mis autant de temps pour répondre. Le temps sur le net m'est très compté depuis un moment.
Au fil de vos remarques, je pense qu'il serait intéresant de lancer carrément un débat concernant les types d'actions, leurs attentes, effets, qui elles touchent, qui elles rebutent, etc. Merci pour vos remarques qui me font encore réfléchir. J'aimerais que d'autres y participent, peut-être en lançant l'initiative à travers un post et en demandant directement à un certain nombre de végés ou proches d'y participer si le coeur leur en dit. Non ?
Et pour le végétarisme, ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi tenir à tuer cette vache, alors que l'on peut s'en passer. Nous ne sommes pas dans un Pays dans lequel on s'entretue les un(e)s les autres pour manger. Qu'est-ce qu'elle a la vache pour mériter ce sort. Je préfèrerais que l'on arrête de les reproduire avec tant d'enthousiasme , sachant que ces animaux n'existaient pas tels quels dans la nature mais on été modifiés par les humain(e)s de manière à correspondre à leurs attentes, soit une disponibilité totale pour facile exploitation.

Yaël a dit…

Oh oui, lance un débat sur les actions a mener, je participe.

J'aimerais aussi (mais ca peut etre l'objet d'un article séparé si tu le sens) parler du militantisme quotidien, de comment parler du végétalisme avec notre entourage, comment réagir quand on est invité a diner chez des gens qu'on ne connait pas, etc... En y reflechissant a plusieurs, je suis sure qu'on pourrait trouver des "argumentaires" qui passent bien.

On y va ?
Yaël, sans homme ni enfants pendant 1 mois, 100% dispo pour carburer ;-)

Virginie a dit…

Eh bien ça tombe bien, car je me disais justement que l'on pouvait étendre cette idée de débats à d'autres thématiques (pas juste sur les actions). Je trouve ça plus intéressant que lorsque je raconte mes histoires toute seule, car en s'interrogeant les unes les autres on fait avancer le smil-blic. Bon on dit que je lance un premier d'ici la fin de la semaine/début de semaine prochaine.

Yaël a dit…

OK, génial !