mardi 28 mars 2006

Patates douces au chocolat : une Madeleine du soleil

Ma grand-mère maternelle était originaire de Valence en Espagne, vécut son enfance à Alger et mourut à Grasse, la ville des parfums, près de Cannes. Elle improvisait le plus souvent des plats simples avec ses fonds de placards. Une idée qui revenait : les patates douces au chocolat. Une vraie Madeleine de Proust pour ma mère… Une seule bouchée de ce dessert et c’est toute son enfance, notamment en Algérie qui arrive au galop. Le soleil, la Méditerranée, ses voisines et copines, les Zalabias d’un certain marchand de rue à Tizi-Ouzou, les tas de figues sur les trottoirs, et j’en passe et des meilleurs…
Cette recette peut évidemment être améliorée, être peaufinée de diverses façons. Je vous la livre telle qu’elle m’a été transmise. Parce qu’une Madeleine, ça ne se modifie pas d’un iota.
Si vous connaissez cette combinaison ou une recette qui s’en rapproche, merci de m’en faire part : avec tous ces déménagements, nous avons oublié l’origine (géographique) de ces Patates douces au chocolat.

Ingrédients
Patates douces, si possible de chair orange
Chocolat noir

Préparation
Faites cuire les patates douces, soit 20 minutes à la vapeur, soit une heure au four en papillotes. Epluchez-les et réduisez-les en purée à la fourchette.
Faites fondre du chocolat noir au bain-marie et versez-le sur la purée de patates.
Servez tel quel ou mélangez le chocolat à la purée.
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

Fabienne a dit…

Je ne connaissais pas ce dessert quui m'intéresse beaucoup, je vais le tester et peut-être un peu le modifier ...

penglobe a dit…

la mienne aussi (grand mere)
je connais bien la patate douce...
mais au chocolat, quel programme!

Ptite marmotte a dit…

Ah les gâteaux de patates douces... mon grand père m'a souvent parlé de celui qui était servi à la cantine à Maison Carré en Algérie. Tiens je ne sais pas si il y avait du chocolat ! Je note cette recette, merci.

Claire emma a dit…

je crois que je vais tester avec de la pâte de pralin, ça doit être pas mal non plus ;)

Virginie a dit…

Je vois que cette recette vous inspire... J'en toucherai mot à ma mère ; ça lui fera plaisir.

Oceanwave a dit…

On a chacun sa medeline de Proust. le truc que nous faisait maman au chômage quand nous étions petits, c'était d'acheter des mini- meringues qu'elle collait entre elles avec de la chantilly qu'elle montait.
Ok, maintenant, je suis végan, j'ai testé la chantilly de coco, me reste plus qu'à tâcher d'expérimenter la meringue végétalienne LOL

Virginie a dit…

Je prends note de ta petite madeleine. Tu n'as pas choisi le plus facile parce que des meringues vegan... J'ai lu sur le blog de Viviana qu'elle était arrivée à monter en neige du faux-oeuf, en insistant. A essayer... De mon côté, si j'obtiens un jour un simili-meringue, je t'en fais part. Je pense à quelque chose : j'ai une recette de marshmallow vegan que j'ai l'intention de tester. Si on les desséchait, peut-être que... Bises

Beni Bahdel a dit…

C'était dans les années 50, là-bas au beau soleil de l'Oranie quand ma mère nous régalait d'une variante de ce gâteau.
Elle aromatisait la purée de patates de sucre vanillé et dans un grand saladier alternait les couches de purée et de chocolat puis nappait le dessus du choclat restant. Undivin régal pour les papilles averties.

Caroline a dit…

Oui j'ai mangé ça au Tchad, c'est bon. En mélangeant, ça fait une sorte de crème au chocolat effectivement. Idéal pour ceux qui ne supporte pas le lait et les intolérants au gluten... Par contre au Tchad, les patates douces ne sont pas forcément orange, certaines sont plutôt blanche et ressemblent encore davantage à des patates "normales", mais apparemment ça marche aussi. Seul petit inconvénient : les patates douces sont parfois un peu fibreuses et ça fait quelques fils

Marina a dit…

ça ce mange chaud ou froid ?

dominique a dit…

Ma grand-mère,elle aussi originaire d'Espagne et ayant vécu à Mascara et Alger, faisait cuire des patates douces au four avec leur peau (ça caramélise entre la peau et la chair), les pelait et les glaçait au chocolat. Servi tiède, un vrai régal, et quel souvenir d'enfance!